Etat d'immunité antitétanique

Le tétanos est de nos jours, une maladie relativement rare. Il est provoqué par des spores de bactéries anaérobiques Gram + appelées Clostridium tetani.

Ces bactéries pénètrent le corps humain à travers une blessure ouverte suite à un contact avec du sol souillé, de l'engrais ou encore du métal rouillé. De telles situations peuvent se produire dans des cas de fractures ouvertes, chez les patients ulcéreux, lors d’infections de l’oreille moyenne, au cours  des  avortements  ou  même  de
l'accouchement, lors d’injections intramusculaires ou encore d'actes de chirurgie.

Bien que la vaccination soit devenue systémique dans les pays développés, l'immunité n'est pas acquise pour toute la vie. Aux Etats-Unis, 70% des cas et 80% des décès sont signalés parmi des personnes de 50 ans et plus, pour la plupart jamais vaccinés. Par contre, le taux de mortalité parmi les individus de moins de trente ans est presque nul.


Prévention du tétanos dans les services d’urgence en France
Les infections au tétanos sont aujourd’hui très rares en France ainsi que dans les pays développés, grâce à des campagnes de vaccination massives. Cependant depuis 1994, la mortalité spécifique due au tétanos reste constante à 0.4 pour un million de personnes. Le risque demeure élevé chez plusieurs groupes au sein de la population chez qui le taux d’immunisation est encore insuffisant, à savoir les personnes âgées, les femmes, et les immigrés. D'ailleurs, l'abolition du service militaire national obligatoire en France et l'immigration accrue sont susceptibles de diminuer le taux de vaccination durant les décennies à venir.

En 2000, presque 1320000 de patients ont été enregistrés pour des blessures dans les 550 services d’urgences du pays, comptant pour 12% des 11 millions de personnes enregistrées.

La prévention de l'infection au tétanos dans les services d’urgence français comprend le nettoyage de la blessure et/ou l'injection d’immunoglobulines et/ou la vaccination du patient. Ceci dépend des directives du ministère de la santé français, des directives complexes et souvent mal suivies par le personnel soignant.




Diagnostic de l’état d’immunisation antitétanique
Le test ELISA est considéré par l'Organisation Mondiale de la Santé comme la référence pour juger de l’état d’immunisation contre le tétanos, avec un seuil de 0.1 IU/ml, un seuil 10 fois plus élevé que le niveau sérique d'antitoxine considéré comme protecteur. Or, avec un délai de résultat allant de 48 à 72 heures, l’ELISA ne peut pas fournir assez rapidement une réponse nécessaire aux médecins pour poser leur diagnostic dans les conditions des services d’urgence.

Faute de preuve, la détermination du statut d'immunisation des patients repose principalement sur l’interrogatoire, or ce dernier est particulièrement peu fiable car près de 90% des patients méconnaissent leur statut vaccinal antitétanique. Par ailleurs, comme les règles de détermination de ce statut sont complexes, elles sont finalement peu mémorisées par les médecins. Tout ceci aboutit aux statistiques suivantes :
  • Prophylaxie antitétanique erronée dans 30 à 40% de cas.

  • Erreurs par défaut chez 5 à 10% des malades, généralement les plus exposés au risque de Tétanos.

  • Erreurs par excès dans 17 à 30% des cas, notamment avec administration de gammaglobulines antitétaniques (principalement d'origine humaine), coûteuses et qui pourraient véhiculer des agents pathogènes encore inconnus (le risque de transmission de maladies contagieuses dû à l'injection des produits sanguins d’origine humaine est faible mais devrait néanmoins encourager une attitude responsable à la prescription).

Il est très difficile d’appliquer un algorithme basé à la fois sur les caractéristiques de la blessure et sur le statut d'immunisation des patients pour plusieurs raisons : D'abord, la sévérité de la blessure ne peut pas toujours préjuger du risque de tétanos; par exemple, une petite coupure faite lors d’une séance de jardinage (donc avec contact avec le sol) peut présenter un plus grand risque qu'une blessure plus grande mais faite avec un couteau propre de cuisine. Deuxièmement, l’ELISA est jusqu’aujourd’hui le test disponible pour l'évaluation quantitative des niveaux sériques d'antitoxines antitétaniques.

Il résulte de tout ceci une injection quasi-systématique et souvent arbitraire d’immunoglobulines.


Une nouvelle génération de tests rapides
Dernièrement, des tests rapides dédiés au diagnostic antitétanique ont été développés pour un usage hospitalier. Ce sont des tests immunochromatographiques donnant une réponse oui/non en moins de 15 minutes après le dépôt d’une goutte de sang total sur la bandelette. Pour le statut d'immunisation contre le tétanos, ces tests peuvent fournir une indication approximative du niveau de protection du patient en indiquant si le taux d’anticorps est en dessus ou en dessous de 0.1IU/ml.

Ces tests présentent de nombreux avantages :
  • Eviter la sur-préscription des gammaglobulines qui reste fréquente,

  • Essentiellement d'origine humaine, ces injections présentent des risques de contamination,

  • Réduire les dépenses hospitalières, notamment en limitant le nombre d’injections inutiles,

  • Eviter la sous-préscription d'immunoglobulines antitétaniques pour les patients non protégés,

  • Assurer une administration vaccinale uniquement basée sur une évaluation objective de l’état d'immunisation.

Néanmoins, ces tests ne sont pas vraiment adaptés aux services d’urgences car la lecture devant se faire dans un délai bien précis après le dépôt de la goutte du sang (autrement, l’hémolyse du sang pourra influencer le résultat), elle nécessite la mobilisation d’un médecin le temps de la procédure.


Comment Magnisense peut-t-il améliorer le test rapide du diagnostic antitétanique ?
Magnisense, grâce à sa technologie MIAtek™, est capable de remplacer les tests immunochromatographiques par des tests quantitatifs de haute performance, car non seulement les avantages de ces anciens tests (facilité d’emploi, rapidité, etc.) sont maintenus, mais de plus, les nouveaux tests de Magnisense offrent les possibilités de :
  • Quantifier précisément le taux sérique d’antitoxines, au lieu de donner une simple réponse oui/non: MIAtektor™ peut donner une quantité d'anticorps au lieu d’une réponse par rapport à un seuil,

  • Améliorer la conformité aux bonnes pratiques d’analyses biologiques et médicales

  • Donner une lecture objective, au lieu d’une lecture visuelle subjective

  • Eviter toute influence de l'hémolyse du sang sur le résultat car il s’agit d’une lecture magnétique et non colorimétrique. La lecture peut donc être faite par le médecin responsable à n’importe quel moment après la réalisation du test.

  • Faciliter l’archivage des résultats qui peuvent être automatiquement envoyés vers les ordinateurs de l’hôpital après validation par l'autorité compétente : laboratoire central de l'hôpital, médecins seniors, etc.